Comment Facebook utilise l’intelligence artificielle ?

Facebook est devenue en une décennie un géant du net, un réseau social incontournable. Cette force, la plateforme de Mark Zuckerberg la doit notamment à une vision toujours innovante, et une prise en compte des exigences des utilisateurs, tout en apportant des nouveautés parfois invisibles mais réelles du point de vue de l’utilisation. C’est notamment en misant sur l’intelligence artificielle que Facebook entend conserver ce rôle de réseau au cœur de nos vies. Vous en doutez ? Pourtant, les initiatives reposant sur l’IA se multiplient sur Facebook, parfois surprenantes.

Quand Facebook utilise l’IA pour prévenir les suicides

Les suicides annoncés, à l’avance, sur Facebook, vous n’y avez peut-être pas échappé. Ce phénomène tragique, rare mais pourtant bien réel, a semble-t-il poussé le géant américain à prendre en compte le problème. La première réponse fut un bouton anti-suicide lancé en France à l’été 2016, après une expérimentation en 2015 aux Etats-Unis. « Nous ne sommes pas là pour faire un diagnostic, mais pour mettre en lien la personne signalée en difficulté avec des structures de soutien et d’écoute. L’expérience que nous avons aux États-Unis sur ce type de sujet nous a prouvée que l’important pour l’internaute en détresse est de parler à quelqu’un de proche » expliquait alors Julie de Bailliencourt, responsable sécurité de Facebook. Via un signalement par d’autres internautes, les personnes jugées « fragiles » étaient signalés, pour éviter le pire. Mais depuis 2017, c’est aussi l’intelligence artificielle qui s’invite pour détecter les profils sujets au suicide. Les suicides diffusés en direct sur Facebook Live peuvent ainsi théoriquement être anticipés via un algorithme qui analyse les messages antérieurs et repère les profils dangereux.

Facebook et les fausses informations

Vous suivez peut-être des sites parodiques sur Facebook qui relaient des informations souvent drôles et volontairement fausses, comme Legorafi. Mais le problème, c’est qu’il existe en parallèle de nombreux sites qui répandent de fausses informations, et des pages bardées de contenu erroné… que de nombreux utilisateurs prennent pour vrai ! Ainsi, les fausses informations, les fausses alertes à la bombe, ou encore les rumeurs les plus folles circulent. Il en va de même avec des utilisateurs qui partagent des images choquantes, ou qui font la promotion de la haine, du racisme et du terrorisme. Pour Facebook, lutter contre tous ces contenus est une priorité pour conserver une vraie crédibilité. C’est l’intelligence artificielle qui est utilisée en analysant automatiquement les images envoyées, ou encore en apprenant vos habitudes, vos goûts, pour ne pas vous proposer des messages qui peuvent vous déranger. L’idée de cette utilisation de l’IA n’est donc pas de censurer tout contenu qui peut choquer, mais bien d’aider à la modération et à la distribution du contenu de manière individuelle.

L’idée de l’IA est essentielle, mais la tache est ardue. Comme l’expliquait le patron de Facebook dans un long article intitulé « Building Global Community », il faut « explorer les façons d’utiliser l’IA pour faire la différence entre des articles sur le terrorisme et la propagande terroriste ». Vaste projet.