Webmarketing : 5 indicateurs clés que vous devez absolument suivre

Pour bien suivre l’évolution de votre activité, vous avez besoin d’indicateurs clés (KPI), qui vous permettent de disposer d’une mesure constante de vos progrès. Le problème, c’est que si votre activité n’est pas « digital native », et que vous avez encore des réflexes d’entreprise non-connectée, vous risquez de ne pas suivre les bons indicateurs. Oui, en matière de webmarketing, il existe des KPI spécifiques. Votre compte Google Analytics renferme une quantité d’informations, lesquelles suivre ? Nous vous proposons notre sélection « universelle » de KPI, avec ces cinq indicateurs clés que vous devez absolument suivre.

Le chiffre d’affaires par canaux

Commençons par un basique, le chiffre d’affaires. Vous n’alliez pas l’oublier ? Connaître l’ensemble des revenus générés est une chose, mais grâce au web et aux outils de webanalyse, il est possible de décomposer ces revenus par canaux. Intéressez-vous par exemple aux revenus générés grâce à vos actions d’inboud marketing (référencement naturel, réseaux sociaux, relations presse). Prenez le total de vos revenus et appliquez des filtres pour n’avoir que les revenus générés par des canaux identifiés comme « inboud marketing ». Vous pouvez en faire de même avec d’autres canaux : campagnes e-mailing, achat de mots clés, etc… Vous saurez alors le CA de chaque canal. Pratique pour mieux arbitrer votre choix de budget et prendre des décisions éclairées.

Le coût d’acquisition client

Le coût d’acquisition d’un client correspond au total des dépenses nécessaires pour convertir un client potentiel en client réel. Pour calculer le coût d’acquisition client, il faut intégrer le coût du produit mais aussi toutes les autres dépenses : R&D, marketing, actions de recrutement de clients. Complexe ? Non. Aujourd’hui, les outils de webanalyse comme Google Analytics peuvent communiquer avec votre CRM. Vous pouvez ainsi croiser les données et ajouter des informations de coûts supplémentaires, issues de vos actions off-line.

Le taux de conversion de vos Landing Page

Les Landing Page, ou pages d’atterrissage dans la langue de Molière, sont ces pages qui sont pensées pour capter des visiteurs et les convertir. Souvent associées à une action pour drainer du trafic (campagne payante, relais sur les réseaux sociaux), leur taux de conversion doit être suivi minutieusement. En effet, puisque vous attribuez un budget dédié à ces pages, vous devez vérifier que les euros dépensés sont bien récupérés grâce à des ventes…  Vous connaissez l’adage : « Si vous ne pouvez pas le mesurer, vous ne pourrez pas le gérer ! »

Le taux de conversion sur mobile

Le trafic internet mobile a dépassé le trafic internet sur desktop, c’est à dire sur ordinateur de bureau traditionnel. Il faut donc impérativement mesurer votre taux de conversion sur mobile ! Puisque ce trafic est aujourd’hui majoritaire, et que cette tendance va s’accélérer (75% du trafic se fera sur mobile et tablette en 2017 selon l’agence Zenith Media) il vous faut un suivi de votre conversion sur mobile précis et quotidien (smartphone + tablette).

La part de trafic (et la conversion) issue des réseaux sociaux

Que vous aimiez ou que vous fustigiez les réseaux sociaux, vous ne pouvez pas nier la puissance de leur impact. Que vous ayez une présence officielle ou non sur Facebook, Twitter ou encore LinkedIn, vous générez peut-être déjà des ventes au travers de ces plateformes. Normal, les utilisateurs y ont la parole. Alors à vous de suivre vos performances : Combien de personnes accèdent à votre site via les réseaux sociaux ? Qui sont ces personnes et quelle plate-forme génère le plus de trafic ? Investir dans un bon contenu est important mais quel est le type de contenu qui fonctionne ? Quels médias sociaux sont les plus rentables pour moi ? Intéressez-vous à ces questions en suivant notamment votre taux de conversion depuis les réseaux sociaux, plateforme par plateforme.