La transformation digitale des entreprises françaises

La France prend peu à peu le tournant du digital, qu’il s’agisse du secteur public ou du secteur privé.

Ses infrastructures, la maturité des utilisateurs en matière de consommation Web et le taux de pénétration élevé d’Internet ne suffisent pourtant pas encore à profiter pleinement des opportunités numériques.

Où en sont les entreprises françaises aujourd’hui, au-delà des déclarations d’intention et opérations digitales ponctuelles, et quels sont les piliers d’une transformation digitale réussie ?

La transformation digitale des entreprises françaises : les PME en retard

Le rapport Deloitte commandé par Facebook publie plusieurs chiffres révélateurs en matière de transformation digitale des entreprises françaises, en particulier des Petites et Moyennes Entreprises (PME) :

  • 2 PME sur 3 disposent d’un site internet, ce qui témoigne de leur retard par rapport au reste de l’Europe (3 sur 4 en moyenne dans l’Union Européenne) ;
  • Les PME de l’industrie du tourisme et du voyage sont en avance en matière de digitalisation ;
  • Les PME digitalisées exportent plus que les autres ;

Mais surtout, c’est le décalage entre la digitalisation des PME et des clients qui est le plus frappant : alors que 7 français sur 10 consomment et paient en ligne, seule 1 PME sur 8… vend sur Internet !

ransformation-digitale-deloitte-facebook-pme-alphalyr

D’après ce même rapport, « le manque de savoir-faire technique »  serait le frein principal au recours au digital.  On peut aussi citer la méconnaissance des bénéfices de la transformation digitale et le manque de connaissance des outils digitaux disponibles. Sur le plan géographique, la digitalisation des TPE-PME est homogène dans les 14 régions françaises.

Lorsque l’on parle de transformation digitale dans ce contexte, quels sont les points à améliorer par rapport à nos voisins européens ? On peut déjà citer le e-commerce, le recours à des outils numériques dans la société et une présence sur les réseaux sociaux.

Or en comblant ce retard, les PME pourraient toucher jusqu’à 1,5 million de consommateurs supplémentaires… rien qu’en France.

Quid des entreprises françaises de taille plus importante ? Ces dernières réalisent 4 fois plus de ventes en ligne que les PME (47% des sociétés de plus de 249 employés).

Des performances inégales du côté des 100 premières entreprises françaises

Pour analyser la transformation digitale des 100 plus grandes entreprises françaises (selon leur chiffre d’affaires), Accenture a créé l’Accenture Digital Performance Index, qui attribue un score  de 1 à 4 sur la base de 117 critères.

Au final, seules 3 de ces entreprises peuvent être considérées « comme des leaders digitaux », et une seule apparaît parmi les meilleures au niveau des 4 dimensions de l’index.

Les résultats de l’étude mettent en lumière « une distorsion entre les intentions et les résultats. Malgré de nombreux projets innovants, la transformation digitale peine à créer de la valeur. Elle est desservie par une approche trop souvent limitée à des initiatives ponctuelles et dispersées ».

Concrètement, cela signifie que les sociétés analysées ont souvent compris l’importance du numérique, mais peinent à le mettre en œuvre de manière rentable et structurée.  Seules 4% des entreprises ont réussi à allier performance digitale et performance financière.

En palliant ce retard, l’amélioration globale de la performance numérique des entreprises françaises pourrait représenter un gain de 2,7 points au niveau du PIB d’ici 2020.


Les étapes et points clés à opérer pour la transformation digitale

Comment dépasser une digitalisation « de surface » pour intégrer durablement la transformation digitale en entreprise ?

Pour Antoine Gourevitch, Senior Partner et Managing Director au Boston Consulting Group, cela passe par plusieurs étapes :

  • Créer une entreprise « data-driven », ce qui implique de prioriser la récolte et l’utilisation des données. Cliquez ici pour accéder à  notre livre blanc sur le pilotage par la donnée ;
  • Gagner en agilité et transformer l’IT ;
  • Renforcer les collaborations pour se libérer des silos.

On peut y ajouter les points suivants :

  • Allier (voire réconcilier) marketing et DSI;
  • S’inspirer des pure players, car ces derniers créent les standards digitaux pour le reste des entreprises. Satisfaire les attentes clients passe donc par l’innovation permanente pour ne pas être déconnecté de ce que ces pure players proposent;
  • Créer des postes dédiés au digital;
  • Travailler en profondeur sur le parcours client, mais aussi sur les possibilités d’optimiser la productivité en interne via différents outils et plate-formes ;
  • Mettre en place une stratégie structurée et chiffrée plutôt que de multiplier les actions ponctuelles ;
  • Former les collaborateurs aux outils numériques et les sensibiliser aux opportunités offertes par le digital. L’humain joue un rôle fondamental dans la transformation digitale : évolution des compétences, formations, mise en place d’académies digitales et mesures d’accompagnement feront la différence à moyen et long terme. C’est ainsi qu’IBM a créé le plus grand MOOC d’entreprise jusqu’ici. Sans forcément aller aussi loin, Think Academy peut être une source d’inspiration pour de nombreuses sociétés françaises.

Ci-dessous, voici un exemple de vidéo éducative diffusée par IBM Think Academy, et qui cumule plus de 40000 vues :

  • Pour les grands groupes ou entreprises françaises avec suffisamment de moyens financiers, la création d’incubateurs et/ou l’investissement dans des start-ups innovantes permettent de prendre le virage digital tout en évitant l’écueil de la lourdeur des processus ou « réflexes » internes qui peuvent freiner l’innovation et la disruption ;
  • Mettre en place une culture de la mesure et de la data.

Ces différents points peuvent être regroupés en grandes étapes de transformation : la digitalisation en elle-même (optimiser ce que la société fait via de nouveaux outils et solutions technologiques) ; l’enrichissement de l’offre de l’entreprise ; et enfin la disruption.

Le marketing : porteur du projet de transformation digitale

Nous vous en parlions déjà dans cet article : le marketing peut et doit être le moteur de votre transformation digitale.

Dans la mesure où la vitesse du progrès technologique a tendance à dépasser celle de la capacité d’adaptation et de transformation de nombreuses entreprises, le fait de partir du service marketing pour prendre le virage digital a du sens.

Les marketeurs sont en effet en lien étroit avec le terrain et doit déjà traduire quotidiennement les valeurs et la stratégie de la société en actions concrètes à destination des consommateurs.

Avec les bons outils et les nouvelles méthodes marketing, alliés à un recours stratégique aux données, la transformation digitale est facilitée. Elle n’est toutefois rendue possible que si Marketing et DSI collaborent… voire fusionnent, selon le profil de l’entreprise.

 

Où en est votre entreprise aujourd’hui ? Profitez-vous pleinement des opportunités offertes par le digital ? Partagez votre retour d’expérience ci-dessous et n’hésitez pas à nous contacter pour accélérer votre pilotage par la donnée.